40 ans riches et mouvementés

Le meilleur est à venir!

Du C.S. Faytois à la C.S.E. Manageoise, l’histoire du matricule 8470

« Le club a été fondé en 72, nous avons joué 4 ans en amateurs, avant de rejoindre l’Union belge en 76« , rappelle Elie Capron, qui a occupé toutes les fonctions pour le matricule 8470, de joueur à président des jeunes en passant par le coaching et le secrétariat. « C’était à l’initiative de l’association des commerçants de Fayt-Lez-Manage« , ajoute Antonio Romero, actuellement coach des U12, qui fait partie des premières équipes de jeunes du CS Faytois. « Le président était Claude Durand, qu’on appelait « Mazout » puisqu’il en avait fait sa profession. Les autres membres fondateurs étaient Germain Lequeux, Auguste Chenot, Giovanni Bruzzesse et Fereau« , explique Elie Capron. A l’époque, le club avait posé ses bases à la rue Trigaux, dans « le trou à vaches », avant que le propriétaire ne réclame les lieux. C’est lors de la saison 93-94 que le CS Faytois s’est installé au Scailteur, puis au Scailmont, alors que  la R.U.A. Manage déposait le bilan.

La suite, c’est une série de changements pour redonner au club l’âme qu’il avait à la Rue Trigaux. « Les spectateurs ne répondaient pas présents et nous avons cherché des solutions », avoue Bruno Pozzoni, actuel échevin des sports de Manage. Changements de noms, changements de couleurs… Jusqu’en 1980, le CS Faytois jouait en noir et bleuet, avant d’évoluer en bleu et blanc. En 1997, le club s’est appelé Club Sportif Fayt-Lez-Manage. En 2008, il est devenu le C.S. Entité Manageoise, et a porté le bleu et jaune.

Au niveau sportif, l’ascension s’est faite progressivement. C’est d’abord lors de la saison 88-89 que le matricule 8470 accédait à la troisième provinciale. En 2001, le club accédait à la P2, puis la P1 quelques années plus tard. Pendant ce temps-là, les autorités communales amélioraient considérablement les installations manageoises. La suite, on la vit.

 

Début des années 80, on nous appelait les « Romy Pils », du nom de notre sponsor. Quand nos jeunes se déplaçaient, c’était « voilà les Romy Pils », on va leur mettre une casquette. Après, petit à petit, on a monté un projet et fait évoluer notre école de jeunes. Elie Capron

 

 

Nous avions un terrain et deux vestiaires, mais tout se passait pourtant très bien! En hiver, on s’entraînait sur la place de la Hestre. A l’époque, il y avait des buts. Antonio Romero

Nous avons eu la chance d’avoir une équipe minime championne, qui a pu défiler au stade Roi Bauduin. Il y avait notamment Luigi Papia. Elie Capron

 

Dans les années soixante, existait le club de football de L’Elan faytois, qui évolua sur un terrain qu’on appelait « Le reposoir », situé derrière l’actuel atelier Vandenheynde. Suite à l’arrêt de ce club fut créé le C.S. Faytois (…) Dernier souvenir, l’entraineur de l’époque était Maurie Salomé. Eddy Vergauwen

 

Notre tournoi de jeunes s’appelait la « coupe de verre », et c’est une de nos équipes qui a remporté la première édition! » Elie Capron

Laisser un commentaire